Faits marquants de la nidification des oiseaux du nord de la Seine-et-Marne en 2021

Cette saison de nidification fut difficile pour de nombreuses espèces, entre le froid tardif, les fortes chaleurs du début de saison et les violentes inondations. Cependant, la majorité des espèces ont pu mener à terme leur nichée. Cette année encore, des espèces rares en Île-de-France ont niché en Seine-et-Marne Nord, avec un taux de réussite satisfaisant. Voici un petit récapitulatif ci-dessous :

L’espèce la plus suivie fut le Garrot à œil d’or, avec une nidification réussie dans le secteur de Trilbardou/Lesches. 4 jeunes ont pu être observés courant juin à l’ENS des Olivettes avec 2 femelles ainsi que 2 jeunes et 1 mâle fin juin dans le Marais du Refuge.

Du côté des Ardeidés, la nidification a été un franc succès à l’ENS des Olivettes.
La colonie de Hérons garde-bœufs s’est étendue avec une dizaine de couples pour un total de 11 jeunes.
L’Aigrette garzette s’est également installée avec 2-3 couples pour un total de 4 jeunes. Ce qui représente pour ces deux espèces la seule héronnière du Nord Seine-et-Marne.

Le Grèbe à cou noir a niché en effectifs réduits cette année, sur les deux bastions de l’espèce :
– Les Bassins de Villenoy (2 couples avec 1 jeune chacun)
–  L’ENS des Olivettes (1 couple avec 1 jeune)

La Nette rousse a niché sur 4 sites :
– Les Bassins de Villenoy (5 jeunes)
– La Base de loisirs de Jablines (5 jeunes)
– L’ENS des Olivettes (1 jeune)

– Luzancy (2 jeunes)

Le Fuligule morillon a niché sur 3 sites :
– La RNR du Grand-Voyeux (4 jeunes)
– Les Bassins de Villenoy (15 jeunes)
– L’étang de L’épinette à Villeneuve-le-Comte (8 jeunes)

Le Fuligule milouin a niché sur 2 sites : l’étang de l’Epinette à Villeneuve-le-Comte (5 jeunes) et à la RNR du Grand-Voyeux (2 jeunes).

Le Busard des roseaux a niché sur la RNR du Grand-Voyeux avec 3 jeunes à l’envol ; un véritable soulagement après deux années d’échec.

Le Petit gravelot présente un couple nicheur certain (+ 1 autre possiblement) à la RNR du Grand-Voyeux, ce qui en fait le seul couple des boucles de la Marne en 2021.

L’Oedicnème criard reste un nicheur régulier en Nord Seine-et-Marne, mais avec des effectifs faibles du fait de la rareté de son habitat, les zones sèches et caillouteuses. Une dizaine de couples ont niché cette année, répartis principalement sur ces bastions:
– La boucle réunissant Trilbardou/Lesches/Vignely/Isles-les-Villenoy (>5 couples)
– Vignely/Isles-les-Villenoy (5 à 8 couples)
– Trilbardou-Lesches (1 à 3 couples)– Jablines, base de loisirs et alentours (3 couples)
– La friche de Vaires-sur-Marne (1 couple)
– La carrière de Changis-sur-Marne (>2 couples)
– La carrière d’Isles-les-Meldeuses (>1 couple)

Les observations de Rousserolle verderolle ont explosé cette année, notamment du fait d’une prospection plus conséquente. Un minimum de 20 couples nichent cette année, repartis sur ces secteurs:
– L’ENS des Olivettes (>10 couples)
– Les friches de Fublaines (~10 couples)
– La RNR du Grand-Voyeux (2 couples)
– Autres sites : >5 couples

Jeunes de Rousserolles turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) © Nicolas Marmet

La Rousserolle turdoide ne semble nicher que sur deux sites cette année :
– La RNR du Grand-Voyeux (>2 couples)
– La Base de loisirs de Jablines (~2 couples)

La nidification du Blongios nain semble bien partie, avec de nombreuses observations sur ses principaux bastions :
– La RNR du Grand-Voyeux (>2 couples)
– L’ENS des Olivettes (1 couple)
– La Base de loisirs de Jablines (~3 couples)
– La Base nautique de Vaires-sur-Marne (> 2 couples)
– Les étangs de Magny-le-Hongre (1 couple)
– La parc naturel du Patis (1 couple)
– L’étang de Croissy-Beaubourg (1 couple)

Jeune de Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) © Nicolas Marmet

La Gorgebleue à miroir reste en effectifs stables dans ses 4 bastions :
– La RNR du Grand-Voyeux (~7-10 couples)
– La Carrière de Changis-sur-Marne (1-3 couples)
– L’ENS des Olivettes (3 couples)
– Lesches/Précy-sur-Marne (2 couples)

La Bouscarle de Cetti, oiseau très discret et donc difficile à compter, semble se maintenir dans ses principaux bastions :
– La RNR du Grand-Voyeux (>3 couples)
– Les marais et boisements de Crouy-sur-Ourcq (~2-6 couples)
– La Base de loisirs de Jablines (1 couple)
– L’ENS des Olivettes (1 couple)
– Le parc naturel du Patis (1-2 couples)
– Le marais de Oissery (2 couples)

La Locustelle luscinioide se fait extrêmement discrète cette année, avec seulement un couple probable à la RNR du Grand-Voyeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
Instagram