Qu’est-ce qu’une zone humide ?

 

D’après la définition de la Loi sur l’Eau du 3 janvier 1992 « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».

L’étang Bougrandeuse en été – Domaine Régional du Grand Voyeux

————————————————————————————————————————————————

Les étangs du Grand-Voyeux

Les étangs et roselières représentent la moitié de la surface du Domaine, c’est-à-dire plus d’une centaine d’hectares. Ce type de milieu est sur notre planète reconnu comme l’un des plus riches pour la vie animale et végétale. Les transitions qui se déclinent depuis la forêt sur les hauteurs du site jusqu’au fond des étangs accueillent tout un éventail de plantes.

Carte aérienne du Grand Voyeux

————————————————————————————————————————————————

Une flore et une faune très particulières

Cette diversité de milieux, du plus sec au plus humide, avec leur végétation propre, est le territoire d’autant d’espèces animales différentes qui vont des invertébrés aux grands mammifères.

Calopteryx mâle - Esnault sarah

Calopteryx mâle – Sarah Esnault

On retrouve ainsi des représentants de nombreuses familles du monde animal : Canidés (Renard), Mustélidés (Hermine, Blaireau), Cervidés (Chevreuil), Chiroptères. . . pour les mammifères ; de nombreux ordres d’insectes : Coléoptères, Lépidoptères et bien sûr les Odonates dont les larves sont aquatiques. Les Libellules et Demoiselles comptent une vingtaine d’espèces différentes, certaines peu communes.

Trois espèces de reptiles se reproduisent au Grand-Voyeux : Le lézard des murailles, l’Orvet et la Couleuvre à collier. On y trouve encore une dizaine d’espèces d’amphibiens dont le Pélodyte ponctué, plutôt rare en région Ile de France, et le plus grand de nos Tritons : le Crêté.

Chevalier gambette sur le Grand-Voyeux (10-05-13)

Chevalier gambette sur le Grand-Voyeux (10-05-13)

 

Enfin les Oiseaux, avec plus de 200 espèces recensées dont plusieurs rares en Île-de-France, constituent une richesse patrimoniale et un attrait indéniable de par leur diversité de couleurs, de formes et de comportements.

 

 

————————————————————————————————————————————————