Le Domaine du Grand Voyeux présente une grande diversité de milieux naturels, favorable à l’épanouissement d’une flore et d’une faune particulièrement remarquables, et notamment de nombreux oiseaux. En effet, étangs, roselières, forêts… forment une mosaïque d’habitats idéaux pour le stationnement et la nidification de nombreuses espèces dont certaines présentent un intérêt patrimonial à l’échelle régionale.

————————————————————————————————————————————————

 OISEAUX NICHEURS

Gorge bleue à miroir - 24 mai 2015 - Réserve du Grand Voyeux © Bertrand Bonnet

Gorge bleue à miroir – 24 mai 2015 – Réserve du Grand Voyeux © Bertrand Bonnet

La prédominance des étangs sur le Grand-Voyeux explique la présence d’une diversité d’espèces inféodées aux zones humides. Les trois noyaux de roselières du site constituent notamment un habitat favorable pour de nombreux passereaux : Bruant des roseaux, Rousserolle effarvatte, Bouscarle de Cetti, Gorgebleue à miroir (cf photo), ces deux dernières espèces étant considérées comme nicheurs très rare en Île-de-France (cf. CORIF).

 Le Râle d’eau (nicheur rare en IdF), le Blongios nain (nicheur rare en IdF) depuis une dizaine d’années, et le Busard des roseaux (nicheur très rare en IdF ; cf. photo) depuis 2010, profitent également des roselières du Grand-Voyeux pour se reproduire. Le caractère patrimonial remarquable de ces espèces justifie un intérêt particulier de l’Agence des Espaces Verts d’Île-de-France pour la mise en place de mesures de gestion spécifiques aux roselières. L’objectif est l’entretien et la pérennisation de ces habitats de plus en plus menacés par les assèchements des zones humides et les travaux de drainage.

Busard des roseaux (femelle)

Les étangs et les îlots profitent à de nombreuses espèces caractéristiques des zones humides comme les Mouettes rieuses, les Foulques macroules, les Grèbes huppés (cf. photo) ou encore les Canards colverts, tous nicheurs sur le Grand-Voyeux. De façon occasionnelle, quelques couples de Sternes pierregarins (cf. photo) s’installent également sur le site.

Grèbe huppé sur son nid

7-05-2015_GV © Bertrand Bonnet Sterne_pierregarin_IMG_9178

Sterne pierregarin le 7 Mai 2015 sur le Grand Voyeux © Bertrand Bonnet

Certaines espèces nicheuses au Grand-Voyeux sont moins inféodées aux zones humides. C’est le cas de l’Œdicnème criard (nicheur rare en IdF) qui apprécie les friches sur sols pauvres issues des anciennes carrières. L’espèce est présente depuis une quinzaine d’années sur le site et est devenue au fil du temps l’un des oiseaux emblématiques du Grand-Voyeux. A noter également la nidification de certains passereaux comme le Pouillot fitis ou la Fauvette grisette qui profitent des milieux buissonnants pour s’installer.

La diversité et le caractère patrimonial des espèces nicheuses au Grand-voyeux justifiaient donc grandement le récent classement du Grand-Voyeux en Réserve Naturelle Régionale.

————————————————————–

OISEAUX HIVERNANTS

chipeau

Couple de Canard Chipeau, le mâle à gauche et la femelle à droite

Les étangs du grand-Voyeux constituent un espace idéal pour l’hivernage de nombreuses espèces d’oiseaux. La Foulque macroule est l’une des espèces les plus communément représentées. La diversité des canards est intéressante : Sarcelle d’hiver, Canard souchet, Canard chipeau (cf. photo), Canard siffleur, Fuligules milouin et morillon comptent parmi les espèces les plus fréquemment observées, mais aussi la présence chaque hiver de quelques individus de Garrot à œil d’or, de Harle piette ou de Fuligule nyroca.

La roselière offre également un habitat favorable à l’hivernage de plusieurs individus de Butor étoilé, espèce considérée comme très rare en IdF.

a

a

————————————————————————————————————————————————

 OISEAUX MIGRATEURS

Chevaliers culblancs

Les migrations de printemps et d’automne permettent l’observation d’une diversité remarquable d’oiseaux au Grand-Voyeux. Chaque année, de nombreux limicoles (oiseaux des vasières) font une halte sur le site lors de leurs trajets migratoires. La tranquillité et la richesse des zones humides leurs en font un havre idéal. Citons, parmi eux, les Chevaliers culblancs (cf. photo), les Chevaliers guignettes ou les Bécasseaux variables.

D’autres espèces sont de passage au Grand-Voyeux. Des rapaces comme le Balbuzard pêcheur (migrateur très rare en IdF). Des canards comme la Sarcelle d’été (migrateur rare en IdF). Des laridés comme la Guifette noire, considérée comme rare en migration en IdF. Ou encore, parmi les ciconiiformes, l’Aigrette garzette (migrateur très rare en IdF). Entre autres…

————————————————————————————————————————————————